Le rap du Poucet

Voici l’énoncé de la situation
7 enfants abandonnés par un bûcheron
sans GPS, sans aucune indication
pour retrouver, le chemin de leur maison

Ils paniquent, ils crient, ils hurlent, ils tournent en rond
Ils vont dans tous les sens sans savoir ce qu’ils font
Une grosse larme coule sur leur front
T’es sûr ? C’est pas plutôt de la sudation ?
J’en sais rien, mais ils sont tristes, voilà ma conviction

Dis-nous p’tit frère, qu’est-ce qu’on peut faire ?
T’as toujours un plan d’enfer pour sortir de la galère
Allez petit Poucet, on sait qu’tu sais
T’as toujours des idées pour nous aider
Ce matin, en me levant-ant, j’ai pris des cailloux blancs
Et en marchant, je les ai posés régulièrement
Il suffit maintenant d’les suivre attentivement
On arrivera directement à la maison de nos parents

T’es trop fort !
Ouais ouais
Des idées j’en ai plein, des idées j’en ai encore
T’es trop fort !
Ouais ouais
Mais faut qu’je réfléchisse alors maintenant tu dors

La seconde scène est identique
Seuls au milieu des sapins qui piquent
Mais cette fois pas d’panique, on connaît la musique
On va remettre en pratique notre plan fantastique

J’avais pas d’cailloux, j’ai mis du pain c’est plus chic
Mais Poucet, je crois que ça s’complique
Les oiseaux, les lapins, les chevreuils, toute la clique
Ont pris not’ pain pour faire un pique-nique

Alors frangin, toi qu’es si malin
Maintenant qu’on n’a plus d’pain, comment on r’trouve not’chemin
Allez petit Poucet, puisque tu sais
Quelle est ton idée, pour nous aider ?

Comme un indien, je monte en haut d’un sapin
Je vois bien une maison qui fume au loin
Mais soudain, je vois une ombre qui bouge
Je n’y comprends rien, c’est le petit Chaperon rouge

Qu’est-ce que tu fais ici dans cette histoire y’a pas d’loup !
Mais vous êtes mes amis et je veux rire avec vous !

Je reprends le fil de la narration
On arrive devant la porte de la maison
Une femme nous ouvre, mais attention
C’est la femme d’un ogre grognon, mangeur de jambon

Le type qu’aurait rêvé de jouer dans les 3 p’tits cochons
Elle nous cache, mais on sent trop bon
L’ogre arrive « Où sont les garçons ? »
Il nous couche près de ses filles, nous attendons

Petit Poucet a une idée, nous le remercions
Il prend les couronnes des ogrillonnes
Et change avec nos bonnets de benêts
L’ogre entre et dans sa précipitation
Coupe la gorge de ses filles, nous nous enfuyons

L’ogre met ses chaussures, plus rapide que des voitures
On s’enfuit à toute allure
Mais, il va nous rattraper, c’est sûr
Mais encore une fois on s’en sort
Poucet lui prend ses bottes quand il dort
Il retourne chez lui, prend son or
Décidément Poucet t’es trop fort !

Télécharger ce texte en pdf

Publicités